Recap deadline des trades (3/4)

Clément Guichard
10 février 2019,
temps de lecture : 4min


Aujourd’hui : Miami, Milwaukee, New Orleans, New York, Oklahoma City et Orlando.


Miami Heat

Durant cette deadline, Miami a souhaité réduire sa masse salariale et ainsi les taxes qui en suivent. En envoyant le gros contrat de Johnson dans l’Arizona ($20 millions la saison) et en recevant en échange Ryan Anderson qui ne touchera « que » $15 millions la saison prochaine, le Heat réalise quelques économies.

En réduisant ses charges salariales, Miami tente de se placer dans la course aux recrutements l’été prochain.

Il serait temps. Le Heat est dans une situation incroyable.

A cause de mauvais contrats signés, et du salaire de Chris Bosh qui est encore imputé à la masse salariale du Heat (mais qui ne rentre pas dans le calcul du salary cap), Miami possède la plus grosse masse salariale de la ligue. Mais le Heat souffre chaque année pour atteindre les Playoffs et ne possède pas la moindre star dans son effectif. Une incohérence qui doit être réglée.


Milwaukee Bucks

Milwaukee a fait un beau coup en récupérant Nikkola Mirotic pour presque rien. Profitant du chaos qui règne à la Nouvelle Orléans depuis que Davis a annoncé ses volontés de départs, Milwaukee a sauté sur l’occasion pour récupérer un joueur au profil rare dans son effectif : un shooteur à trois points à gros volume.

Malgré le fait que Milwaukee soit la 3ème équipe ayant mis le plus de 3 points cette saison, seuls Lopez et Middleton ont mis plus de 100 tirs à trois points au total. De plus, Milwaukee est assez moyen en terme de pourcentage (15ème de la ligue à 35%). Mirotic vit une saison compliquée à cause de ses blessures qui l’ont réduit à 32 matches cette saison. Cela se ressent sur ses performances (36% à trois points) mais rentrer dans un système offensif qui fonctionne comme celui de Milwaukee cette saison devrait être bénéfique pour les deux parties.

Thon Maker avait demandé un trade il y a quelques semaines lorsqu’il a conclu qu’il ne pourrait pas obtenir, selon lui, un rôle intéressant chez les Bucks. Cela a plutôt arrangé Milwaukee, qui a pu utiliser Stanley Johnson, la monnaie d’échange du trade de Maker, pour récupérer Mirotic.

Avec l’arrivé de Mirotic, l’effectif des Bucks et profond et talentueux à tous les postes. Les Bucks sont prêts pour cette fin de saison et se donnent les moyens de passer un tour de Playoffs pour la première fois depuis 2001.


New Orleans Pelicans

Avec l’annonce du souhait de départ de Davis, les Pelicans n’ont pas hésité a commencé leur transformation dès maintenant.

Si Davis restera un Pelican jusqu’à cet été, envoyer le contrat de Mirotic arrivant à échéance cet été, permet à la Nouvelle Orléans, de récupérer un peu de valeur à long terme pour un joueur qui n’aurait probablement pas souhaité resigner cet été.

Stanley Johnson avait besoin d’un nouveau départ, après trois saisons de déception à Detroit. Sorti d’Arizona avec un statut de grand espoir, il n’a jamais su confirmer le talent offensif qu’il a montré en NCAA. Jason Smith est un vétéran qui a déjà fait un passage en Louisiane et qui est en fin de contrat cet été.

La liste exhaustive des choix de draft n’ont pas été révélé mais Marc Stein annonce que les Pelicans obtiendraient un résultat net de 4 choix avec ce trade (en soustrayant ceux qu’ils ont éventuellement envoyé).

A cela ils ajoutent le choix de draft récupéré avec l’échange entre Markieff Morris et Johnson. Morris, qui arrive en fin de contrat cet été, offre l’opportunité aux Pelicans de sensiblement baisser la masse salariale de l’équipe pour la saison prochaine.


New York Knicks

Cela fait un bout de temps que la rupture entre New York et Porzingis était actée. le fait qu’il n’assiste pas à une réunion obligatoire en fin de saison dernière laissait déjà entrevoir les problèmes relationnels entre le joueur et la franchise.

Qui peut le blâmer ? Que font les Knicks ? A part prendre un malin plaisir à rester la franchise la plus chère de la NBA tout en végétant dans les tréfonds du classement ? Qu’est ce que Porzingis aurait pu espérer à New York ?

Les Knicks décident donc de passer à autre chose et espèrent avec ce trade, reconstruire quelque chose de cohérent dès l’été prochain.

Ce trade leur a au moins permis de se séparer de mauvais contrats, comme ceux de Lee et Hardaway, et de récupérer des contrats qui expirent cet été. Matthews a d’ailleurs déjà été coupé et va rejoindre les Pacers sur le buy-out market. Cette stratégie va leur permettre d’être flexible financièrement cet été. Ils pourront être agressif pour essayer d’attirer une star. Des rumeurs avancent que Kevin Durant serait très intéressé pour venir jouer à New York…

Cette flexibilité financière; combinée à la venue du jeune Dennis Smith Jr, et l’obtention de plusieurs futurs premiers tours de draft, donnent assez d’actifs à New York pour qu’ils retombent sur leur pied malgré la perte de la licorne lettone.

Avec ce move, Les Knicks peuvent au moins partir sur un plan qui peut devenir intéressant dès la saison prochaine. En parallèle, ils pourront développer leurs jeunes joueurs et travailler leurs futures choix de drafts.


Oklahoma City Thunder

Sam Presti est satisfait de la saison d’OKC. Le Thunder a confortablement pris sa place dans le haut du panier de la conférence ouest, la défense est une des meilleurs de la ligue, Paul George sort une saison de MVP et Westbrook, malgré ses problèmes au tir, reste une machine à triple double et le leader moral et émotionnel de la franchise. Il n’y a aucune raison de changer quoi que ce soit.

C’est pourquoi on ne change rien, ou presque. Avec le départ de Luwawu-Cabarrot, le Thunder va pouvoir économiser plus de $7 millions en « Luxury Tax ». Beau retour financier pour un joueur qui a accumulé seulement 120 minutes sur le terrain depuis le début de la saison.


Orlando Magic

C’est un nouveau départ pour Markelle Fultz. Cela pourrait aussi ressembler à sa dernière chance. Le numéro un de la draft 2017 n’a joué que 33 matches depuis son arrivé en NBA.

Orlando, qui recherche désespérément un jeune meneur fiable sur qui compter, a souhaité tenter le pari. Pari risqué mais qui peut rapporter gros, tant on se souvient du niveau stratosphérique de Fultz lorsqu’il jouait en NCAA à Washington.

Le jeu en vaut la chandelle. Si Fultz s’épanouit à Orlando, le Magic ne regrettera pas la perte de Simmons, auteur d’une très mauvaise saison, ni celle des deux tours de draft, qui risquent de finir par avoir peu de valeurs à leurs yeux, vu les besoins criants de la franchise en talent.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s